Sujet épineux? Pas tant que ça. Car je crois qu’aujourd’hui, s’il y a bien un type de vin à apporter chez un non-connaisseur, et dans le climat politique actuel, c’est bien le vin orange.

Qu’est-ce que le vin orange? Pour résumer, c’est un vin blanc fait comme un vin rouge. C’est un vin blanc qui a été produit en laissant macérer les peaux et/ou les rafles (la partie qui retient la grappe sur la vigne) avec le jus lors de la vinification, ce qui se fait d’habitude pour les vins rouges et pas pour les vins blancs. Cela apporte une dimension plus charnue et tannique au vin, plus complexe. On appelle aussi ces vins « vins blancs de macération pelliculaire ». Tous les vins oranges ne sont pas obtenus grâce à la macération pelliculaire, mais tous les vins de macération pelliculaire sont oranges. Vous suivez? Non, je le vois bien. Et c’est normal, le but ici est seulement de survoler le sujet.

Bon hé bien ces vins-là sont assez surprenants la première fois que nous y goûtons, car ils cassent les codes et les habitudes de ce qu’on peut boire d’habitude en termes de vins blancs. Et c’est justement pour cette raison qu’ils sont à apporter chez un non-initié en vin !

mikito-tateisi-333584-unsplashPhoto by Mikito Tateisi on Unsplash
Comprendre le monde du vin semble déjà difficile, alors si on y ajoute les vins oranges…

Je sais que l’envie première est d’apporter une bouteille qui fera « plaisir », quelque chose de connu, lambda. Jouer la sécurité en fait. Mais est-ce vraiment ça que vous souhaitez au fond? Ne gravitons-nous pas suffisamment autour de notre zone de confort au quotidien, pour continuer de s’enfermer autour du vin, qui lui appelle à l’ouverture, et pourquoi pas aux prises de risque?

Je crois que le conservatisme aujourd’hui en matière de politique n’a pas forcément le vent en poupe, et il semble que le monde du vin soit un porte-parole militantiste de choix, à travers par exemple la mouvance du vin naturel. Bon, allez pour être tout à fait honnête, je sais que le vent du changement à déjà soufflé sur nos vignobles français, bien que la géopolitique actuelle ait plutôt tendance à vouloir freiner la marche en avant à grand coups de peurs et de protections d’intérêts, mais je sais déjà intimement que le vin sera un allier majeur du changement. Allez, je n’aibpas peur de le dire : le vin est mon gilet jaune à moi.

Bref. Pour revenir à nos vins oranges, il faut comprendre que si la personne qui vous invite ne connait pas bien le vin (même s’il n’y a pas grand chose à connaître finalement hormis beaucoup de notions de politique et d’économie mais re-bref), lui présenter le traditionnel Bordeaux ou Bourgogne classique vous garantira bien sûr de passer une soirée sans risque, mais d’un chiant fort probable, tandis que le vin orange vous assurera au moins une ouverture d’esprit et une curiosité de la part de votre interlocuteur qui garantira un terreau d’échange et de possible connexion bien plus… riche, selon moi.

« C’est autour d’un dîner que naissent les grandes idées« , phrase d’un auteur inconnu qui aurait très bien pu être de moi tellement elle est banale. Pourquoi ne pas apporter du piment à la réflexion d’entrée de jeu?

Je vous le garanti, le vin orange fera parler. Il pourrait même amener la question suivante sur la table : « Pourquoi les vins blancs ne sont-ils pas tous faits comme cela? ».

Alors là attention, on ne pourra pas dire que c’est de ma faute si les esprits s’éveillent…

Car il est vrai que les vins oranges ne sont pas, mais alors pas du tout une nouveauté. Si ce style de vin, si on peut vraiment appeler ça un style, est vraiment réapparu sur la scène internationale il y a de ça une vingtaine d’années, c’est en Géorgie que ces vins ont vu le jour, il y a environ 5000 ans. Que s’est-il passé entre-temps? Pourquoi ce déclin est cette réapparition soudaine? Quand ce style a-t-il commencé à décliner? Comment et pourquoi l’avoir ramener à la vie? Pouvons-nous parler d’aliens et de complotisme?

emily-morter-188019-unsplashPhoto by Emily Morter on Unsplash

Tant de questions et bien d’autres qui pourraient rester longtemps sans réponses et vous laisser dans une ignorance douloureuse, si vous ne faisiez pas le choix judicieux de vous abonner à ce blog truffé d’informations simples et évidentes mais qui ne demandent qu’à être déterrées.

Comme le dit si bien Idriss Aberkane :

« Les idées révolutionnaires sont d’abord considérées ridicules, puis dangereuses, et enfin évidentes« .

Bon moi petit blogueur du vin je n’ai rien de bien révolutionnaire.

Mais, parfois dans ce blog, j’ai des idées ridicules. Comme celle que le vin, qui a suivit l’histoire de la civilisation Occidentale, continue et continuera de guider l’Homme dans les changements nécessaires d’évolutions de conscience et de civilisations. Grâce à l’aide de son ami d’Orient : le thé.