Loïc Pasquet, pour ceux qui ne le connaissent pas, est le « créateur » (ce mot est employé volontairement) du vin Liber Pater, un vin de Bordeaux que personne ne connaît, même les professionnels du milieu, mais qui se vend très très très cher. Le slogan derrière liber Pater est le suivant :

« Les amateurs vont découvrir pour la première fois depuis 150 ans le goût pre-phyloxerique d’un vin de Bordeaux. » Source : cette discussion sur un site sérieux que j’aime beaucoup, car prompt à la franchise et la transparence, chose précieuse encore à notre époque (l’adresse est dans le lien). Pour info, un vin pré-phylloxérique est un vin ayant été produit avant l’invasion des vignobles français par le phylloxéra, puceron de la vigne qui a ravagé les vignes françaises vers 1870 et qui a nécessité un greffage des nouveaux pieds sur des plants américains résistants. Loïc Pasquet joue donc sur l’idée que les vins d’aujourd’hui n’ont pas le vrai goût du vin d’antan car les vignes actuelles sont greffées, et non d’origine. Sauf les siennes…

i-loches-you-tourisme

Son slogan m’a fait penser à celui-ci, rare slogan qui a réussi à me faire rire et pleurer à la fois, chose que je n’ai pas vécue depuis le CP quand on m’avait mis une saucisse de Strasbourg dans l’oreille

Vous vous rendez compte alors de la chance que nous avons? Loïc Pasquet nous offre la possibilité de goûter POUR LA PREMIÈRE FOIS à un goût qui a existé il y a 150 ans ! Il ne peut être qu’un ange venu nous offrir la vérité sur un plateau d’argent. J’achète ! (La vérité ça a un prix non? Si si, tout a un prix, j’achète).

Donc, non content de faire du vin, ce qui ne semble pas être suffisant pour Mr Pasquet, il faut que ce vin ait quelque chose de spécial. De si spécial, que le secret derrière sa production pourrait nous faire comprendre un monde auquel nous n’avons pas accès, un monde au-delà de notre réalité tangible, un monde qui coûte… 3000€ la bouteille. Ah Pardon liber Pater, le rouge, c’est 300€, et le moelleux c’est 3000€. C’est pareil, c’est comme Pétrus, de toutes façon si c’est du pinard à 300€ ou 3000€, c’est dégueulasse.

D’ailleurs, ça ne vous rappelle rien tout ça ? : « …Je vous donne accès à la vérité… Seuls les amateurs peuvent comprendre… Les quantités sont limitées donc il n’y en aura pas pour tout le monde… Ça va vous coûter cher… » OUI, OUI, VOUS L’AVEZ ! C’est le discours des SECTES !!

En fait personnellement je n’y verrais rien à redire, s’il n’y avait pas derrière ce vin toute cette stratégie marketing si savamment étudiée et se basant sur notre innocence et notre naïveté de consommateurs VICTIMES DU SYSTÈME CAPITALISTE. Oui je sais que vous en avez marre de ce mot qui revient sans arrêt mais il y en a marre aussi de la désinformation et de certaines attitudes comme celles de Loïc Pasquet qui maintiennent l’immobilisme et continuent de vouloir nourrir sans conscience réelle une croissance déjà morte. Non contents de nous faire croire que nous devons nous comporter comme des prédateurs pour mériter notre pain quotidien, il faut qu’il y ait des personnes qui en rajoutent en nous faisant croire qu’avoir accès au bon vin et surtout au VRAI vin se mérite à coup de sommes ridiculement disproportionnées.

icons8-team-643412-unsplashPhoto by Icons8 team on Unsplash
Tu ne la duperas pas, elle n’est aveugle que d’un oeil…

Ce qui est le plus déconcertant selon moi dans cette histoire, ce sont les réponses de Loïc Pasquet quant à sa politique de prix et son positionnement dans ce milieu :

« Qu’on critique ou qu’on encense mon vin, ce qui est important c’est qu’on en parle »

Mais il n’y a pas que toi Loïc. Tu peux vendre ton vin sans être une vedette ou le centre de l’attention. Des milliers de vignerons et vigneronnes le font tous les jours. Et on peut parler de ton vin tout simplement parce qu’il est bon (ce dont je ne doute pas d’ailleurs), pas parce que tu le produits avec des cépages oubliés, ou des techniques ancestrales (comme la neige carbonique pour refroidir tes cuves par exemple. Ah non ça c’est moderne. Mais bon l’ironie ne te fait ni chaud ni froid de toute façon hiahahaaaaaaa j’en peux plus…). TU N’AS PAS BESOIN DE TE PROSTITUER LOÏC. On t’aime comme tu es. Et si tu fais du bon vin ça te donne un petit plus, mais ça ne fait pas de toi un gourou.

« Pour moi, l’important c’est que le prix de la bouteille de Liber Pater continue de monter. Dans cinq ans, Liber Pater sera plus cher que la Romanée Conti ».

Bon. Il va falloir analyser. Car aucune explication de ta part sur ces propos ne semble être disponible sur internet. Donc nous pouvons penser ce que l’on veut. Et je n’ai pas envie de me déplacer au château pour en discuter, je fais confiance à ce que je lis sur internet (quoi?). Alors la première pensée qui me vient à l’esprit, c’est que tu espères faire exploser la bulle spéculative du vin en montrant à quel point tout ceci ne relève que du marketing et de la publicité, et que tu aurais en fait une stratégie cachée pour faire éclater la vérité, stratégie qui jusqu’à maintenant fonctionne à merveille. En gros, tu serais le sauveur qui viendrait remettre dans le droit chemin les moutons égarés que nous sommes, perdus dans le capitalisme, et nous serions au passage punis pour notre ignorance et notre avarice. Si c’est ça, pas mal, il y a de l’idée. Mais j’ai troqué ma naïveté il y a bien longtemps, bien avant Liber Pater et même le World Trade Center (1973-2001).

Plus sérieusement : je crois qu’il va falloir faire mieux, car encore une fois je crois que tu sous-estimes tes compatriotes. Ou, plus probable : tu te surestimes. Moi je crois que ce que tu as très bien compris, et sur ça je te suis, c’est que le vin est devenu pour trop de personnes ni plus ni moins qu’un moyen, et non une fin. J’entends par là qu’avant de voir du jus de raisin fermenté, un don de la Nature, nous voyons maintenant un prix, un positionnement politique, une stratégie marketing, un produit de consommation positionné dans une gamme, un secteur, un milieu. Et nous en avons oublié la coupe du partage.

Quelque part, tu n’es pas à blâmer. Tu as sûrement peur, comme beaucoup d’entre nous, de ne pas avoir à bouffer demain. Donc tu tentes de te débattre dans la matrice tant bien que mal, en gesticulant et en faisant beaucoup de bruit. En toute transparence, on pourrait dire que je ne suis pas beaucoup mieux, regarde : j’utilise ton nom et ta stratégie pour faire des vue sur mon blog. Sauf que toi tu demandes beaucoup d’argent, et tu mens. Tu vends du rêve et tu joues avec l’ignorance du peuple. Tu ne cherches pas à informer, ni à libérer les conscience, mais à les brouiller et à créer des commérages.

Et en ce sens, tu es méchant Loïc.

Je ne parlerais pas de toi de cette façon si je n’avais pas ressenti cette dimension mensongère et fuyante et dans ta stratégie. Liber pater est ton bébé, je peux comprendre ça. Tu sembles avoir une certaine intelligence économique et tu voudrais maximiser cette intelligence en faisant un profit financier conséquent, ce qui est naturel en tant qu’être humain. Mais regarde un peu autour de toi : avons-nous vraiment besoin d’un autre rouge qui tâche à 3000 balles la bouteille dans notre monde actuel? Ne sommes-nous pas un tout petit peu plus en recherche de sens au-delà des strass et des paillettes, des démonstrations de force et des stratégies marketing avancées? N’avons-nous pas besoin plutôt de répis, de transparence, de calme et de partage, de relations vraies, d’humilité et d’authenticité? (j’ai failli écrire authentisme…). Pourquoi tant de brouillard derrière ton nom, si peu de transparence derrière tes positionnements stratégiques, et tant de réponses évasives et esquivées à des questions pourtant simples et claires qui te sont posées (voir discussion jointe en lien en début d’article)?

Ne peux-tu pas, tout simplement, être un homme normal, qui fait du vin normal, pour des gens normaux?

Quel mal y-a-t-il à cela? Ton vin est bon, j’en suis certain.

Et juste bon, tu sais, c’est déjà très bien.

(Bon, je voulais écrire une fin émouvante, mais à la relecture j’ai des doutes sur son impact, donc je tente une stratégie différente) :

tom-pumford-254867-unsplashPhoto by Tom Pumford on Unsplash

Voilà. C’est tout ce que j’ai.

 

Envoie-moi une bouteille de Liber Pater rouge stp Loïc, tu trouveras l’adresse sur mon site, de toutes façon ton vin ne se vend pas donc tu dois avoir du stock allez tu peux bien faire ça je t’ai fait un peu rire et j’ai parlé de toi…