Ce titre vous intrigue? Restez. Vous en aurez pour votre argent. Car il est une forme d’ivresse bien mal connue de nous-autres occidentaux, et qui, au-delà d’être bienfaisante,  n’offre pas ou peu d’effets secondaires indésirables.

Je vous parle de l’ivresse du thé. Vous doutez de ce phénomène? Lisez donc ce témoignage de Kegong Ten Kok Tan, un passionné de thé Coréen qui nous parle de l’ivresse liée à sa consommation de thé. Comme l’article est en anglais, je vous l’ai traduit ici en français, en ajoutant des notes en gras précédées d’un astérix, et quelques photos pour illustrer. Attention, après l’avoir lu, je vous garanti que vous deviendrez accros au thé (si vous ne l’êtes pas déjà) ! :

« L’ingrédient principal est certainement vous, le buveur. Certaines personnes semblent résister à l’ivresse du thé, tandis que d’autres ressentent ses effets assez rapidement. L’état d’esprit joue aussi un rôle important. 

Mais place maintenant aux explication pratiques. Je considère ici que vous êtes à la page concernant les différents types de thés. *(l’auteur fait ici référence aux 6 couleurs : thé vert, blanc, jaune, oolong ou bleu-vert, noir et pu erh).

teacolors

Il manque seulement le thé jaune pour compléter la palette !

Chaque type de thé *(couleurs citées précédemment) peut provoquer l’ivresse, mais il semble que certaines caractéristiques peuvent amener certains thés à avoir plus d’effets que d’autres. Beaucoup de personnes estiment que l’âge du thé entraîne des effets plus importants en termes d’ivresse. La qualité des feuilles est aussi importante, si nous estimons que le taux de Théanine *(molécule contenue dans les feuilles de thé) joue un rôle prépondérant en termes d’effets notables. *(Ici, l’auteur qui s’adresse  à un public de passionnés de thé estime que le lecteur ne boit pas de thés en sachets type Lipton, mais bien de vrais thés en feuilles entières et cultivés dans des jardins spécifiques. Il invite ensuite le lecteur à se diriger vers une discussion annexe concernant Les thés Pu Erh à « haut niveau d’énergie »).

Mon expérience personnelle m’a vue devenir saoûl sur des thés verts chinois de grades élevés : pales, délicats, mais puissants (et chers). J’ai fais de bonnes sessions avec des Matchas de grade élevés *(le Matcha est un thé vert japonais broyé en poudre à la meule de pierre, bien différent des miettes de thés des sachets industriels) en utilisant environ 3 à 4g pour 70-80ml d’eau. J’ai aussi fait de belles sessions avec des Gyokuros et des Senchas de haute qualité en utilisant le même ratio *(ces deux types de thés sont parmi les plus réputés du Japon, principalement le Gyokuro qui est un thé obtenu par ombrage des feuilles et qui par conséquence est très concentré en chlorophylle et autres composants). Ces derniers ne me mettent pas vraiment une claque, mais ils le peuvent si j’en bois plusieurs d’affilée. J’ai fait une session récemment où j’ai bu 3 Senchas à suivre le matin, et je ne pouvais plus m’empêcher de sourire jusqu’au début du repas du midi !

Ma drogue de choix préférée reste le Yancha de haute cuisson. (le Yancha est un thé chinois de roche, produit sur le fameux Mont Wuyi, et est très prisé des amateurs de thés; Yan signifie roche, et Cha signifie thé en chinois). Les Yanchas agés peuvent être particulièrement puissants en terme d’ivresse, extrêmement relaxants et calmants. 

paul-vincent-roll-116965-unsplashPhoto by Paul-Vincent Roll on Unsplash
Jardins de thés en Chine dans le Yunnan, entourés de hautes montagnes

Pour finir, mon expérience limitée de vieux Pu-Erh Sheng *(sheng, qui signifie cru, est opposé à shou, qui signifie cuit. Les Pu-Erh crus sont aptes au viellissement et sont entreposés dans des caves, comme pour le vin) suggère que les vieux Pu Erh possèdent la plus grande capacité d’induire l’ivresse. J’ai passé un très très heureux après-midi avec des amis de thé, buvant de vieux pu Erh des années 1920 à 1980, très certainement l’ivresse au thé la plus agréable que j’ai jamais ressentie. 

A noter qu’il y a différent types d’ivresse au thé. Certains montent littéralement à la tête, tandis que d’autres sont plus doux, relaxants, et d’autres encore plus actifs, ou au contraire sédatifs. pour conclure, ce sujet est complexe et requière beaucoup d’expérimentations, ce qui signifie bien sûr que nous devrions tous nous saouler au thé dès que nous le pouvons ! (Je ne suis pas certain de ce qu’il voulait dire par cette dernière phrase, mais je l’aime bien).

Voici le lien vers l’article en anglais : https://www.quora.com/How-does-one-get-tea-drunk

J’espère que cet article vous a plu, le prochain concernera l’énergie des thé Pu Erh et reviendra sur l’histoire de ces thés millénaires !

Pour en savoir plus sur le vrai thé et comment le boire, consultez cet article :

Comment boire le thé comme les chinois?

Et aussi cette courte vidéo :

Le thé chez un ami

Bonne lecture !