Lorsqu’on pense au thé en Occident, nous imaginons bien sûr la tasse, le « mug », rempli d’eau bouillante du robinet, et son petit sachet Lipton  faisant trempette, que nous jouons à faire bouger de haut en bas en regardant l’eau changer de couleur (ça vous parle?). Quoi de plus normal ? C’est l’héritage de notre culture.

hans-vivek-251456-unsplashPhoto by Hans Vivek on Unsplash

Lorsque nous nous prenons à imaginer le thé tel qu’il pourrait être bu en Orient, une vague idée faite d’images de vieux films d’arts martiaux (Jean-Claude Van Damme pour les puristes), de légendes, de dessins animés asiatiques nous font visualiser quelque chose qui ressemblerait grosso modo à ceci :

simon-sun-420644-unsplashPhoto by simon sun on Unsplash.

Or, que savons-nous réellement du bagage culturel lié au thé en Asie?

Dans certains pays du monde, et pour certains peuples, le thé est bien plus qu’une simple boisson. C’est une Voie. C’est un moment lié à une intériorisation profonde, un partage de soi avec les autres, une discipline sobre et élégante qui ne laisse de place qu’à l’essentiel, en dépouillant l’instant du superflu. Pour pratiquer ce genre de rituels, exclues les vulgaires miettes de thé broyées et pesticidées, cultivées et récoltées dans un esprit de profit unique, dans des conditions de travail que certains qualifient d’esclavagistes (et qui le sont réellement encore dans certaines parties du monde). Le thé offert lors de ces moments privilégiés est noble. Savons-nous imaginer la noblesse d’un thé ? C’est le thé fabriqué avec humilité, dans les règles de l’art, avec une intention pure, pour le bien de celui ou celle qui le boira. Le respect de l’homme et de la nature en est la source.

Par manque de connaissance et d’éducation quant  à ce breuvage, nous buvons la vulgarité. C’est normal quand nous n’avons pas conscience de la provenance de ce que nous avons dans notre tasse (nous pouvons dire la même chose pour notre assiette). Or, lorsque la graine de la connaissance a germée, et que nous commençons à entrevoir l’interdépendance de toutes choses, nous comprenons que boire ou manger un produit élaboré de façon irrespectueuse pour l’homme et la nature aura des conséquences souvent indésirables. Alors nous commençons à regarder différemment ce que nous consommons. Et c’est ce regard différent qui nous permet de mettre les pieds pour la première fois dans l’univers de la spiritualité du thé. Et cette approche peut être étendue à tout ce qui nécessite un savoir-faire de production.

L’éthique des produits de consommation est une approche révolutionnaire, et incontournable, en ces temps où le monde est devenu si connecté. C’est un cheminement complexe, car les informations véhiculées peuvent parfois être trompeuses, et le sentiment de découragement peut vite s’installer par manque de temps, d’énergie, mais aussi de volonté d’aller plus loin dans la recherche et le changement. Car il s’agit bien d’un changement. Il s’agit de bousculer nos habitude, reconsidérer notre rapport au monde, adopter de nouvelles idées et comportements. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Maintenant, si tout cela paraît obscur au premier abord, voire tiré par les cheveux, il y a plusieurs façons d’aborder le sujet plus facilement : se concentrer par exemple sur le local et les circuits courts pour nos achats est déjà un bon pas en avant, et une des meilleures façons de s’approprier cet état d’esprit en toute sérénité !

annie-spratt-365530-unsplashPhoto by Annie Spratt on Unsplash