Tant de métaphores s’animent autour du vin et de ce monde du rêve, des passions, de la fantaisie et du rire… Beaucoup sont joyeuses, certaines philosophiques, et quelques une spirituelles.

Il y en a une qui me touche particulièrement et à laquelle je pense régulièrement, c’est celle du vin qui se décante. En effet, le temps agit sur le vin rouge comme un catalyseur des bonnes choses. L’expression dure et râpeuse d’un jeune vin de garde va s’affiner lentement et tranquillement, jusqu’au moment où le vin sera prêt à délivrer son vrai message. Ces vins-là ont une qualité première : ils sont bâtis pour la garde.

D’autres vins ne sont pas faits pour vieillir. Ils sont à boire jeunes. Certains s’offrent directement, dès l’ouverture de la bouteille. D’autres en revanche rechignent. Ils ont besoin d’être carafés pour s’ouvrir.

Tous ces vins, qu’ils soient bâtis pour la garde ou faits pour être bus dans leur jeunesse, ont un intérêt particulier, un message à offrir.

Je trouve qu’il y a là une métaphore de la vie tout à fait intéressante. Certaines personnes vieillissent lentement, prennent le temps, et deviennent des maîtres à penser, des sages, des éducateurs ou éducatrices. D’autres personnes on la fureur de vivre, et leur vie sera courte : leur message est impactant, et bref. D’autres encore semblent recroquevillés sur eux-mêmes, mais lorsqu’on les secoue un peu, ils ou elles se dévoilent soudainement dans toute leur splendeur : on ne les y attendait pas.

christina-nguyen-516024-unsplash

Savoir attendre un vin, ou au contraire savoir le boire quand il a tout à offrir et sans attendre, c’est selon moi un exercice toujours riche d’enseignement. Une leçon sur soi, sur les autres, et sur notre relation aux autres.

C’est cela en un sens la magie du vin : dévoiler l’inattendu.