C’est la question que je me suis posée lorsque j’ai décidé de débuter mes études dans le vin : j’avais conscience que le vin créait dans la société un intérêt particulier parmi les autres alcools, mais j’avais du mal à voir l’étendue de cette implication. Aujourd’hui, j’ai de nombreuses réponses à ce sujet, et pas forcément là où je les attendais.

Dans un premier temps, le vin est avant tout et depuis des millénaires, à la fois un aliment et un médicament. Même si la loi Evin et d’autres programmes de lutte contre l’alcoolisme on tenté de ternir son image de façon assez maladroite, il n’en reste que le French Paradox et le régime méditerranéen sont des preuves, certes basées sur des analyses difficilement vérifiables mais non moins factuelles, que le vin n’est pas un poison, mais au contraire un allier de la santé. Encore faut-il qu’il soit bon

En deuxième lieu, le vin à inspiré les hommes et les femmes à travers les âges et les civilisations, au point que ce breuvage s’est vu attribué des dieux ! Bacchus, ou Dionysos, chez les latins et les grecs. Dans une époque comme la nôtre où la science semble être devenue la nouvelle religion, il peut être difficile de comprendre l’étendue d’une telle revendication. Cependant, pour qui a lu les Métamorphose d’Ovide (pour ne citer qu’un exemple), ou qui s’intéresse à la dimension non-matérielle et peut-être sacrée des choses et des phénomènes, nous comprenons facilement que se faire attribuer des dieux n’est pas chose anodine : c’est une preuve de grand respect de la part d’un peuple ou d’une civilisation pour quelque chose qu’il ou elle estime être de nature à élever l’Homme au-delà de sa condition simplement terrestre… à méditer.

elephant-3264734_1920

Bacchus et ses grappes sur la tête…

Et ce n’est pas tout : il est possible , à travers le vin, d’apprendre à mieux se connaître et à mieux appréhender le monde qui nous entoure (c’est ce que je propose dans ce module). Le terroir est vecteur de messages profonds, et pouvoir l’appréhender correctement est un savoir particulièrement gratifiant pour toute personne menant une recherche personnelle et souhaitant s’appuyer sur un outil original…et pour le coup fort plaisant ! Autant que je sache, et pour avoir goûté à quasiment tous les alcools possibles et imaginables (lubie de sommelier ou curiosité maladive…?), le vin reste l’alcool qui pour moi offre la plus grande source d’inspiration. Et je crois fermement que c’est dû au fait que le message du terroir est véhiculé par cette boisson de façon à la fois subtile mais aussi accessible.

Enfin, et pour conclure cet article, je crois que si le vin est aujourd’hui adopté par tous les milieux sociaux, sans exception, et s’il touche à autant de domaines tels que l’art, la philosophie, la littérature, l’agronomie, s’il est servi aux tables présidentielles, ou encore s’il fait office d’allégorie populaire (je pense au vin de messe à l’église), c’est justement parce que le vin n’est pas un alcool comme les autres : il possède une dimension sacrée, fédératrice, éveilleuse de conscience, épicurienne, qui selon moi ne peut qu’être propre à cette boisson, et ce pour les raisons citées plus haut, et bien d’autres encore. Mais pour avoir accès au reste, il va falloir pratiquer…

…Et pratiquer c’est goûter, en parler, échanger, s’intéresser, apprendre, transmettre… à vous de choisir !