Vendre du vin est un art. Que vous soyez sommelier, caviste, barman, ou tout autre métier qui touche de près ou de loin à la vente du vin, il va falloir aller chercher l’inspiration nécessaire à la bonne mise en oeuvre du contact avec le ou les client(s) que vous servirez.

Pour dire les choses clairement, lorsqu’une personne non-initiée vient vous demander conseil, il va falloir être capable de « vendre du rêve », à savoir faire travailler votre imagination pour toucher la carte mentale de votre interlocuteur/trice et obtenir une réponse émotionnelle positive. Car en effet, c’est bien sur un échange émotionnel que vous ferez vos plus belles ventes. Vous pourrez tenter par tous les moyens d’expliquer en quoi la Boutonnière faite de crasses de fer est ce qui donne la particularité aux merlots de Pétrus, si vous avez en face de vous quelqu’un qui ne s’intéresse ni à la géologie, ni aux terroirs, et encore moins aux cépages, comment justifierez-vous le prix d’une telle bouteille? En revanche, ce qu’il faut savoir est que TOUT LE MONDE est capable de répondre émotionnellement à une description plus imagée, illustrée, sensible de ce qu’il y a dans cette bouteille que vous vendez.

Nous en venons donc au premier point :

1) Savoir parler de soi et de sa propre expérience

Être capable d’évoquer avec votre ressenti émotionnel ce qui vous a touché dans le vin que vous proposez est une approche qui saura mettre en confiance votre interlocuteur/trice. Vous montrerez que vou savez beau être un(e) professionnel(le), vou ssavez aussi ressentir les chose exactement comme la personne en face de vous.

Photo by theblogofsera on Unsplash

2) Savoir être honnête

Si vous vendez un vin d’un budget asse élevé, inutile de faire semblant d’omettre ce détail. Vous ne gérez pas le portefeuilles de votre client(e), alors n’hésitez pas à utiliser des phrases du type « le budget de ce vin est effectivement élevé, mais il parait que c’est le prix de l’exception/ de la qualité ». La personne en face se sentira respectée du fait que vous ne cherchez pas uniquement à lui extirper de l’argent, et qu’il/elle reste le décisionnaire final.

3) Savoir parfois choisir à la place de l’autre

Compétence très délicate mais ULTRA-EFFICACE si vous l’utilisez avec la bonne personne : être capable de stopper un hésitation trop pesante et dire : « faites moi confiance, ce soir vous buvez ceci (en désignant la bouteille ». certaines personne sont incapables d’assumer le poids d’une prise de décision, et en lui évitant ceci vous lui enlevez une sacré épine du pieds, et au passage vous fidélisez un(e) client(e). Si vous êtes capable de glisser tout à la fin : « la prochaine fois, c’est vous qui choisissez » avec un clin d’œil, vous venez de passez pour un(e) véritable artiste de la vente de vin.

4) Savoir accepter vos erreurs et les compenser

La vente de vin est un domaine si subjectif, et qui requière tant de compétences diverses et variées, que parfois vous serez à côté de la plaque. Et ce n’est pas grave, car ça arrive aux meilleurs. Mais il faut dans ce cas pouvoir dire : « Je suis navré, je vous ai mal conseillé(e) », sans se justifier au-delà. Offrez une possibilité de compensation, et si vous restez humble dans l’erreur, vous verrez que la plupart du temps votre client(e) ne vous en tiendra pas rigueur et refusera même la compensation. Car il s’agit encore une fois ici de respect, et ça n’a pas de prix. De plus tout le monde est capable de comprendre que l’erreur est humaine, surtout lorsque vous montrez que vous faites de votre mieux.

5) Ne jamais prétendre que vous connaissez le vin mieux que votre client(e)

Cette attitude est vitale pour plusieurs raisons. La première, c’est que vous ne savez jamais qui vous avez en face de vous, et il se peut que vous parliez à une personne qui déguste du vin depuis de nombreuses années et s’intéresse passionnément à ce domaine, mais n’en n’a jamais fait sa profession. En gros, il n’y a pas que les professionnels qui connaissent le vin.

Deuxièmement, cette attitude est néfaste pour la raison suivante : elle ferme le dialogue, et vous empêche de continuer à apprendre toujours plus. Car l’apprentissage dans ce domaine n’est jamais terminé, et c’est en discutant avec un maximum de personne, de tous niveaux, que nou spouvons remettre en question notre savoir et l’affiner toujours plus. alors un conseil, laissez toujours la porte ouverte au dialogue.

 

C’est tout pour cet article, en espérant qu’il vous a plu, et bonne dégustation !