Tu ne sais pas boire ! Tout lecteur/trice de ce blog, s’il/elle s’intéresse un tant soit peu au vin, a entendu cette phrase au moins une fois dans sa vie.

Car il est vrai que boire (du vin pour cet exemple) est un apprentissage. Et cet apprentissage, on le découvre plus tard, est principalement émotionnel. En effet, mieux on se connait, mieux on saura quel vin nous conviendra, à quel moment, et pour quelle quantité. Jeunes, nous sommes souvent prêts à tout avaler. On découvre les effets de l’ivresse et on se construit partiellement (et parfois de la mauvaise manière) à travers cette phase de découverte. Mais il faut bien avoir conscience que savoir boire implique une certaine sagesse des effets à long terme des excès de l’alcool. C’est le karma du vin. Nos fausses notes peuvent se payer très cher. Donc, plus cette sagesse vient tôt, plus notre corps et notre esprit nous en seront reconnaissants.

Avoir conscience des bénéfices pour la santé d’une consommation consciencieuse du vin, et boire en accord avec ce savoir, est une autre qualité non négligeable. C’est lié à la conscience du temps qui passe, à notre capacité à lâcher prise, à notre souci de prendre soin de notre corps et de notre être et de se développer en accord avec ce que la nature nous offre comme soutien.

 scott-warman-525554-unsplash (1)Photo by Scott Warman on Unsplash

Puis, plus tard, s’intéresser aux effets d’autres boissons fait partie de la suite logique de cet intérêt pour une vie saine et émotionnellement épanouie. Le thé, par exemple, clarifie les pensée, développe la concentration et est un allié du bon vieillissement cellulaire. Le café stimule l’esprit, donne de l’énergie, et lutte contre certaines formes de cancer. Les jus de fruits, selon les fruits utilisés, auront des bienfaits multiples liés aux vitamines et antioxydants qu’ils contiennent. La mélisse citronnée en infusion combat le stress et l’anxiété (bon je m’égare un peu, mais vous avez compris).

Mais le plus important dans tout ça, reste de comprendre l’origine et le savoir-faire technique et culturel derrière toutes ces boissons. Vin, café, thé, jus de fruit et autres, s’ils ont été produits avec respect, humilité et attention, seront des élixirs de vie. Si ces mêmes produits du terroir ont été engendrés dans l’avidité, la peur, l’égocentrisme, alors nous boirons des liquides sans âme. Voire des potentiels poisons.

Alors, l’apprentissage commence par se connaitre soi-même, puis par s’intéresser au monde, intérieur et extérieur…

…et alors, peut-être un jour, pourrons-nous boire des secrets.

 patrick-hendry-45138-unsplashPhoto by Patrick Hendry on Unsplash